Ligature des trompes (stérilisation féminine)

La ligature des trompes de Fallope est une intervention chirurgicale qui se pratique généralement en un jour sous anesthésie locale ou générale. Elle doit généralement être considérée comme étant permanente et irréversible.

Comment ça fonctionne?

La ligature des trompes consiste en une chirurgie qui vise à « boucher » les conduits par lesquels l’ovule se rend à l’utérus. On empêche ainsi tout risque de fécondation par un spermatozoïde.

Différents types de chirurgie peuvent être pratiqués. Dans le cas de la laparoscopie, qui est la méthode la plus pratiquée, la/le médecin utilise un télescope (laparoscope) qui lui permet de visualiser les organes génitaux internes. Cette méthode nécessite alors de pratiquer deux petites incisions dans l’abdomen tandis que la minilaparotomie, méthode semblable, ne nécessite qu’une seule mini-incision. Depuis quelques années, il est aussi possible d’effectuer la ligature des trompes par stérilisation transcervicale. Cette méthode ne nécessite pas d’incision étant donné que l’accès aux trompes de Fallope se fait par le col de l’utérus! Ultimement, le choix de la méthode chirurgicale peut déprendre de la formation ou des préférences de la/du chirurgien.ne, de votre profil médical ainsi que des installations techniques de l’établissement.

La stérilisation féminine comporte habituellement peu d’effets secondaires, et dans la majorité des cas la convalescence est de courte durée (de 2 à 5 jours selon votre état).

Est-ce efficace?

Taux d’efficacité: 99,5%

Malgré le fait que la ligature des trompes soit l’une des méthodes contraceptives les plus efficaces, il y a tout de même un faible taux d’échec possible. Selon le consensus canadien en contraception (2004), la probabilité d’échec est plus élevée chez les personnes âgées de 28 ans ou moins lors de l’intervention que chez les personnes qui ont eu recours à la stérilisation féminine à 35 ans ou plus.

Principaux avantages possibles:

  • Méthode très efficace
  • Ne modifie pas le déroulement des relations sexuelles
  • Entraîne habituellement peu d’effets secondaires
  • L’effet contraceptif est immédiat (sauf dans le cas d’une stérilisation transcervicale qui nécessite l’utilisation d’un moyen de contraception d’appoint pour une période d’au moins 3 mois)

Principaux inconvénients possibles:

  • Méthode irréversible, donc on ne peut changer d’idées par la suite.
  • Possibilité de complications ou de douleurs dues à l’intervention chirurgicale
  • Possibilité de grossesse ectopique si une grossesse survient (taux d’échec 0,5%)

Contre-indications

  • Problèmes généraux de santé qui peuvent être aggravés par l’anesthésie
  • Présence d’infection pelvienne ou impossibilité d’avoir accès aux trompes de Fallope lors de l’intervention
  • Incertitude quant au choix de ne plus avoir d’enfant

Comment peut-on y avoir accès?

C’est suite à une consultation médicale que la personne peut prendre son rendez-vous pour effectuer la chirurgie.Le coût de l’intervention est couvert par le régime d’assurance public du Québec.

Et si toutefois on souhaite un retour à la fertilité?

Chez les personnes ligaturées qui souhaitent un retour à la fertilité, il est possible d’effectuer une réanastomose tubaire, une intervention chirurgicale qui vise à restaurer la perméabilité des trompes utérines. La réanastomose est une intervention complexe, et ne parvient pas toujours à redonner la fertilité. Aussi, l’inversion de la ligature des trompes faite par stérilisation transcervicale est très difficile, voire même presque impossible. En ce sens, la décision de ne plus/ne pas avoir d’enfant doit être réfléchie avant d’avoir recours à la stérilisation. Il est d’ailleurs généralement conseillé aux couples hétérosexuels d’opter plutôt pour la stérilisation masculine lorsqu’ils sont prêts à faire ce choix, comme l’intervention est moins invasive et potentiellement mieux réversible.

Sources