Herpès génital

Il existe deux types de virus de l’herpès simplex : l’herpès simplex de type 1 (VHS-1) et l’herpès simplex de type 2 (VHS-2). Le type 1 se retrouve généralement au niveau buccal (feux sauvages), mais peut tout de même se transmettre au niveau génital tandis que le type 2 se situe plus souvent aux organes génitaux.

Sexplique > ITSS > Herpès génital

  • L’herpès génital n’est pas une MADO, donc il n’y a pas de déclaration des cas.
  • Elle est plus fréquente que la chlamydia.
  • On estime qu’environ 20% à 25% des personnes actives sexuellement sont infectées par l’herpès génital.

Mode de transmission

 

  • Lors d’une relation sexuelle vaginale ou anale avec une personne infectée.
  • Lors d’un contact sexuel intime (peau à peau) avec une personne infectée.
  • Peut être transmis de la mère à son bébé lors de la grossesse et de l’accouchement.

 

Il est important de savoir que le virus est plus virulent et les risques de transmission sont plus élevés en présence de lésions et de symptômes, mais que le virus peut aussi être transmis en l’absence de lésion.

 

Période d’incubation 

 

  • De 2 à 21 jours (moyenne de 6 jours).

Symptômes

 

Souvent asymptomatique

 

  • Petites vésicules douloureuses (cloques remplies de liquide) au niveau des organes génitaux, des fesses ou de l’anus;
  • Douleurs ou sensation de brûlure en urinant;
  • Fièvre, fatigue, maux de tête, douleurs musculaires ou articulaires, etc.;
  • Pertes vaginales anormales ou écoulement anormal par le pénis ou l’anus;
  • Gonflement des ganglions ou douleurs à l’aine.

 

La première poussée d’herpès (épisode initial) peut être asymptomatique et passer inaperçue ou encore, elle peut être très douloureuse et être accompagnée de fièvre, de fatigue, de maux de tête, de courbatures, etc.   Les récurrences ou récidives peuvent durer plusieurs jours (9 à 10 jours en moyenne) et être accompagnées de signes avant-coureurs tels que des démangeaisons ou des picotements au niveau des organes génitaux. La quantité, la durée ainsi que l’intensité des récurrences varient d’une personne à l’autre.  

Test de dépistage

  • En l’absence de lésion, les tests habituels de dépistage des ITSS ne comprennent pas le dépistage du virus de l’herpès. Dans certaines situations particulières, un professionnel de la santé peut recommander un test sanguin.
  • Lorsqu’il y a des lésions, le test consiste en un prélèvement au niveau des lésions ainsi qu’un examen visuel. 

 

Traitement

 

Il n’existe aucun traitement qui permet d’éliminer ou de guérir cette infection.

 

Cependant, la prise d’une médication peut permettre :

  • De soulager les symptômes;
  • De réduire la durée et la fréquence des récidives;
  • De diminuer le risque de transmission.

 

Complications possibles

 

Habituellement, l’herpès génital entraîne peu de conséquences ou de complications physiques sérieuses.

 

Prévention

 

  • L’utilisation assidue du condom permet de diminuer les risques de transmission de l’infection. Toutefois, la transmission demeure possible malgré l’utilisation du condom puisque certaines zones qui peuvent être infectées ne sont pas couvertes par le condom (ex : fesses, cuisses).
  • Pour les femmes, le condom féminin peut être une bonne alternative puisqu'il recouvre également les organes génitaux externes.
  • S’abstenir d’avoir des relations sexuelles en présence de lésions ou de symptômes.
  • Effectuer un test de dépistage dès l’apparition de symptômes.
 

Source :